Physiologie du goût

Jean Anthelme Brillat-Savarin.
1879

L’univers n’est rien que par la vie, et tout ce qui vit se nourrit. — Les animaux se repaissent, l’homme mange ; l’homme d’esprit seul sait manger. — La destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent. — Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es. — Le Créateur, en condamnant l’homme à manger pour vivre, l’y invite par l’appétit et l’en récompense par le plaisir.

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s