Biographie de Pierre Soulé

Alfred Mercier.
1848

« Banni, jeune encore, de mon pays d’origine, je suis accouru sur la terre de la liberté, et le pays de mon adoption m’a convié, sous l’égide de ses admirables institutions, au banquet de ses gloires et de ses grandeurs. Je me dois tout à lui, et il a reçu mon serment. Heureusement la Providence a fait aux deux peuples des destinées si distinctes, un avenir si tranché, et pourtant elle les a doués d’une telle conformité d’idées et d’intérêts, qu’ils ne se rencontreront jamais que pour se tendre la main et s’entr’aider. Je pourrai donc, en servant l’un, laisser un libre cours aux pensées de reconnaissance et d’amour que mon cœur a conservées pour l’autre. Si quelque chose peut me consoler de la perte immense que j’ai faite le jour où j’ai été obligé de quitter la France, c’est l’idée que j’ai maintenant pour patrie le seul pays au monde qui pût dignement la remplacer. »

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s