Les nouveautés de la gastronomie princière

Ferdinando Grandi.
1866

J’ai composé et pratiqué les essais que je livre aujourd’hui à l’impression, dans la maison d’un protecteur éclairé de tous les arts utiles et agréables et qui ne dédaigne pas le progrès de la gastronomie. Il m’a semblé qu’il ne serait pas sans intérêt de recommander aux amateurs distingués et de mettre à la portée de mes confrères une série de menus comportant une application nouvelle et variée de quelques parties de l’art.

À un tel travail il fallait une nomenclature spéciale : c’est pourquoi j’ai donné à mes compositions des noms inédits rappelant soit des personnages, soit des faits illustres anciens ou contemporains, soit quelques-unes des bizarreries actuelles, comme un cachet d’époque imprimé à ce petit livre.

Quelques figures étaient nécessaires à l’entente du texte ; j’en ai dessiné vingt-cinq, parmi lesquelles douze grands relevés de boucherie décrits dans mes menus.

Je n’ai pas eu la prétention de traiter également toutes les parties de la cuisine dans un ouvrage d’aussi peu d’étendue : c’est ainsi qu’on n’y trouvera qu’un petit nombre de rôts et de soufflés, j’en ai mis justement assez pour figurer dans les menus que je donne au commencement. — Au reste, je n’ai eu d’autre but, dans cette étude, que de faire connaître les résultats, bornés peut-être, mais éprouvés, de ma propre expérience : c’est-à-dire des mets que j’ai bien effectivement composés et servis.

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s