Lou sermou deu Curè de Bideren

Anonyme.
1873.

Quin chagri, quin crèbe-coo n’èy pas you, lous mes frays, en bedent las mies oülhes entecades d’u taa gran mau ! You qu’èy bèt ha brouni la paraule de Diu ; en baganaut que m’esganurri enta-p coo transi ; toutz qu’ètz insensibles… Bous autz, gouyatz, qu’habetz lou coo de metau, et bous autes, gouyates, que l’habetz…, de que diseri dounc you ?… Grand Dieu, inspirez-moi ! Que l’habetz d’os de prexec, c’est tout dire ; — si os desiderat, dit saint Augustin, dic illi exemplo Domini : tace. Mes bous autz, autalèu coum pe prut !… Detire, gratère au diable ! You nou sèy quin houniment, quin exami d’abelhes ha jamey poudut passa per aci… Bouletz pourtant, bous autz, sabe so qui a you m’ha hèyt puya sus aqueste cadière de bertat ?… Pecat de subercèu, pecat punit dens las granes cautères de l’ihèr !… Voilà deux réflexions que je vous présente, réflexions qui doivent nous tenir tous, prédicateur et auditeurs, dans un continuel frémissement : la cautère qu’ey grane, que-n y ha u gahot ta cadu…

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s