Le patois briard du canton d’Esternay

Charles-Alexandre
Piétrement.

1888.

Les auteurs s’accordent généralement à reconnaître celtique le nom de la Brie, qu’ils identifient avec celui des divers pays de Bray ; mais les uns lui attribuent le sens de sol meuble et les autres celui de sol fangeux. La dernière acception est celle qui me paraît la mieux justifiée par l’étude de l’histoire et de la topographie du pays. En effet, à l’époque où la Brie a reçu son nom, elle était comprise dans le vaste réseau forestier, parsemé d’éclaircies plus ou moins étendues, désigné par Pline et Ptolémée sous le nom de Forêt des Sylvancetes, et dont les forêts de Fontainebleau, de Chantilly, de Saint-Germain, de Rambouillet, de Compiègne, de la Tracone, etc., sont les derniers vestiges.

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s