Le chemin de Buenos-Aires : la Traite des blanches

Albert Londres.
1927.

Et je m’assis à la terrasse, chez Batifol.

Batifol est un bar, faubourg Saint-Denis.

Si je n’avais eu rendez-vous, j’aurais pu m’attabler n’importe où dans ce quartier, et ç’eût été aussi bien pour la chose qui m’intéressait.

Mais j’attendais Jacquot. Jacquot était le frère de Nono. C’était Armand qui me les avait présentés.

Jacquot, Nono, Armand sont des hommes du milieu.

Jacquot arriva. Il avait mis un faux col :

— Cela ne vous gêne pas de traverser la rue ? J’ai un regard à jeter à la Madelon.

C’était un bal musette tenu par des Auvergnats. Jacquot voulait voir si sa femme se permettait de danser au lieu de travailler sur les boulevards.

EPUB
MOBI

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le chemin de Buenos-Aires : la Traite des blanches »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s