Séville et ses merveilles

Patrice Chauvierre
1882

Si, à l’exemple de Théophile Gautier et d’autres auteurs plus ou moins célèbres, j’écrivais un Voyage en Espagne, je ne manquerais pas de relater mes impressions diverses à la vue d’un pays qui m’a vivement captivé. Me proposant un but plus restreint, je ne m’arrêterai ni aux incidents de la route, ni à la description de toutes les villes qui se sont rencontrées sur mon passage. Il me tarde d’arriver en Andalousie et d’en contempler la merveilleuse capitale.
Depuis l’inauguration d’un train appelé le Rapide, par excellence, neuf heures seulement séparent Paris de Bordeaux ; les vingt-cinq minutes d’arrêt ne me permettent point d’aller visiter le beau pont de la Bastide et encore moins la cathédrale bâtie par les Anglais, l’église Saint-Michel, dont la tour renferme des corps momifiés, ou le jardin public, qui possède un superbe et rare magnolia ; il faut remonter en wagon.

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s