Poésie

Albert Dannel
1864

Que j’aimais à la voir, enfant simple et naïve,
Parcourant d’un ruisseau la fraîche et verte rive ;
Coquette, elle penchait sur l’onde aux flots d’azur,
Son visage charmant au front candide et pur.

EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s