Cinq jours d’un parisien dans la Navarre espagnole

François Saint-Maur
1863

Je voudrais raconter fort simplement mes impressions sur une contrée voisine où je viens de passer quelques jours agréables. Je voudrais payer à ce beau pays et à ses habitants, la dette de reconnaissance que j’ai contractée à leur égard ; peut-être aussi ces quelques lignes ne paraîtront-elles pas absolument dépourvues de tout intérêt. Parler de la Navarre à des Béarnais, c’est aborder un sujet qui ne leur est pas étranger ; les relations des deux contrées ont été, jadis, si suivies, si intimes ; elles ont été unies par des intérêts si mêlés que l’on peut avoir quelque chance de se faire écouter en en disant un mot. Il ne s’agit ici, du reste, que d’une rapide et incomplète esquisse ; telle quelle, je la livre en toute humilité.
EPUB
MOBI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s